Vous avez adoré ING et Carrefour ? Vous aimerez la suite…

Deux grands opinions s’opposent pour traiter du cas « Carrefour ». D’un côté, on nous explique que le modèle de l’hypermarché est dépassé : la concurrence des vendeurs en ligne impose une modification des réseaux de ventes directs dont découle une diminution du personnel. A l’opposé, on s’insurge qu’un groupe rentable puissent aussi librement licencier 1200 salariés et que les profits vont toujours aux mêmes.

Deux grands opinions s’opposent pour traiter du cas « Carrefour ». D’un côté, on nous explique que le modèle de l’hypermarché est dépassé : la concurrence des vendeurs en ligne impose une modification des réseaux de ventes directs dont découle une diminution du personnel. A l’opposé, on s’insurge qu’un groupe rentable puissent aussi librement licencier 1200 salariés et que les profits vont toujours aux mêmes.

Cependant, l’annonce de carrefour montre surtout un manque de vision et d’anticipation inquiétant dans le chef des autorités belges et européennes.