Pour une gestion humaine de la migration

Nous considérons que venir en aide aux personnes migrantes qui fuient des situations dramatiques et inhumaines n’est pas faire un appel d’air dangereux qui pousserait d’autres personnes à prendre le même risque.

De quoi s’agit-il ?

Il y a eu en 2017 une estimation de 3119 personnes décédées en mer Méditerranée en tentant de traverser pour rejoindre le territoire concerné par Dublin. Aux Jeunes cdH, nous considérons que venir en aide aux personnes migrantes qui fuient des situations dramatiques et inhumaines n’est pas faire un appel d’air dangereux qui pousserait d’autres personnes à prendre le même risque. En revanche être unis et organisés par rapport à la gestion de ces situations dramatiques permettra d’ensuite passer plus de temps à lutter contre les passeurs, qui sont les vrais criminels.

Les solutions actuelles sont trop partielles et sont une des causes de la montée des populismes dans les pays concernés trop peu aidés par l’Europe. Les pays en premières lignes sont souvent débordés et se sentent abandonnés. De plus, renvoyer de manière arbitraire certains migrants trop nombreux de Grèce vers la Turquie au prix de la relance de la reprise des négociations de l’adhésion irréaliste de la Turquie à l’UE n’est pas une solution de long terme. L’Union Européenne se tire une balle dans le pied en agissant de la sorte car elle manque de vision à long terme. La défiance actuelle de certaines populations et certains gouvernements envers l’UE n’est pas acceptable.

Il n’est pas non plus acceptable de distiller un climat de peur. Une fois arrivés en Belgique, les interventions de police violentes même au milieu de la nuit, les déclarations chocs des responsable politiques, la défiance quant à ceux des citoyens qui s’organisent pour simplement loger des personnes la nuit, sont autant d’éléments qui instaurent un climat délétère qui met en péril la dignité humaine.

Pour plus d’informations :