Congrès des Jeunes cdH : l’environnement, un enjeu humaniste

Ce samedi 11 Novembre 2017, les Jeunes cdH organisaient un Congrès affinant leur ligne politique. Basé sur une méthode participative – propositions des militants, commissions de préparations, votes – les thématiques abordées étaient variées : gouvernance, fiscalité, monnaies locales, demandeurs d’asile, prisons, Europe et environnement.

Alors que les ministres présents à la COP23 se réunissent ce mercredi, les Jeunes cdH ont présentés leurs priorités environnementales. Pour nous, être humaniste est indissociable d’un rapport à l’environnement sain, durable et respectueux. Trois aspects sont mis en avant : l’éco-innovation, la qualité de vie et la lutte contre le réchauffement climatique.

L’Eco-Innovation

On entend par éco-innovation, toutes avancées qui débouche sur des progrès importants dans un objectif de développement durable. L’index européen en la matière classe la Belgique à la 20ème place européenne, ce qui en fait un mauvais élève. Malgré les efforts entrepris jusqu’ici, il faut aller plus loin et plus vite : réduire la pression de nos modes de production et de consommation sur l’environnement, responsabiliser notre consommation de ressources naturelles, et permettre aux entreprises d’acquérir les compétences nécessaires pour participer à ces objectifs.

Qualité de vie : l’environnement n’est pas que climatique

La politique environnementale a placé en son cœur la lutte contre le réchauffement climatique, mais elle s’accompagne d’une nécessaire réflexion sur les rapports entre l’humain et son environnement. Dans cette optique, la qualité de l’air, la gestion des déchets et la pollution sonore sont autant d’éléments participants à la dégradation de l’environnement et de la qualité de vie des citoyens. Nous désirons tous vivre dans un environnement sain et agréable, à nous de soutenir les efforts et les initiatives engagées en ce sens !

Propositions pour lutter contre le réchauffement climatique

Le réchauffement climatique est un enjeu international qui nécessite une réponse et une mobilisation forte. Rien ne doit être lâché dans cet engagement quotidien. Les Jeunes cdH demandent un message clair et intransigeant sur la nécessité de remplir les engagements pris par les Etats signataires de l’accord de Paris. En Europe, les « quotas de CO2 » doivent être plus stricts, et cesser d’être un véritable marché qui homologue des « permis de polluer ». Pour la Belgique, les politiques environnementales doivent aussi faire l’objet d’une collaboration intensive et structurée entre les autorités fédérales et régionales.

Dans cette optique, soutien à la recherche et développement en environnement, tests-climats pour évalue l’impact de mesures gouvernementales, fin des subsides aux secteurs polluants, soutien à la mobilité douce, sont autant de leviers que le monde politique a à sa disposition pour réaliser une politique ambitieuse.

Luttons contre le réchauffement, mais aussi, anticipons ces effets négatifs. La question des réfugiés climatiques est un enjeu futur et actuel, il faut établir une politique efficiente et humaine avec l’objectif d’éviter la gestion désastreuse des flux migratoires en cours. Ces réfugiés doivent être protégés par un statut spécifique, aidés par un fond international de soutien et être l’objet d’une stratégie européenne concertée et commune.

 

15 propositions pour le climat :

 

  • D’être politiquement intransigeant sur la nécessité de remplir les engagements pris par les Etats signataires de l’accord de Paris
  • La création d’une agence belge pour le climat, sous la forme d’un forum permanent composés des différents niveaux de pouvoir et spécialistes du climat
  • Mettre en œuvre l’engagement que les pays développés, parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, ont pris de mobiliser ensemble auprès de multiples sources 100 milliards de dollars par an d’ici à 2020 pour répondre aux besoins des pays en développement dans leur lutte contre le réchauffement climatique
  • Faire de la question des réfugiés climatiques une priorité politique de toutes formes de négociations internationales auxquelles la Belgique est partie prenante
  • Créer un fond international de soutien aux réfugiés climatiques
  • Créer un statut spécifique aux réfugiés climatiques afin de garantir ses droits fondamentaux
  • Créer une agence internationale pour la protection des victimes des dérèglements climatiques
  • Mise en place d’une stratégie européenne sur la question spécifique des réfugiés climatiques
  • Soutenir la R&D dans les secteurs alternatifs en terme d’environnement (énergies vertes, mobilité, consommation…)
  • Mettre fin aux subsides et aux subventions à destination des secteurs économiques utilisant des combustibles fossiles
  • Mettre en place des « tests climats » : chaque mesure prise par un gouvernement sera soumise à un test qui émet un avis sur l’impact de la mesure en terme de réchauffement climatique.
  • Programmer la sortie du nucléaire dans un avenir proche et de multiplier les sources d’énergie alternatives.
  • Le passage complet de la flotte publique (bus, voitures de fonction) basée sur les énergies fossiles vers une flotte écologique et utilisant les énergies alternatives.
  • Déploiement de bornes électriques à base d’énergie renouvelable dans le but de faciliter l’avènement de voitures hybrides et électriques
  • Élaborer, à la chambre et dans les régions, un texte de loi sur le climat qui fixe les objectifs intermédiaires chiffrés, les budgets ainsi que les sanctions prévues en vue de réduire les émissions de gaz à effet de serre.