A quand la transparence de nos institutions ?

Une démocratie sans transparence… Toujours une démocratie ? Une opinion présentée par Benjamin Bodson, président des Jeunes cdH de Liège, suivie d’une carte blanche parue dans l’Echo du 8/07/18 !

À moins d’un an des élections européennes, régionales et fédérales, d’aucuns s’interrogent sur les mesures concrètes à mettre en place pour combler le fossé entre les citoyens et leurs institutions.

S’il y a bien un domaine dans lequel on peut faire mieux, c’est la transparence. Or, peu de partis apportent des propositions concrètes à cet égard. Aujourd’hui, seul un groupe restreint de personnes habituées de la chose publique parviennent à décrypter les processus décisionnels qui impactent notre vie de tous les jours. Il pourrait rapidement en être autrement.

Que ce soit au niveau belge ou au niveau européen, les difficultés reposent sur deux aspects. Tout d’abord, l’illisibilité de l’architecture institutionnelle a de quoi effrayer les citoyens désireux de s’informer et de s’impliquer dans la vie démocratique. Quel niveau de pouvoir est compétent? Quelle institution décide? Bien que des efforts en termes de communication puissent être entrepris, une réforme des institutions, européennes ou belges, semble actuellement hors de portée. Cependant, ce n’est pas pour autant que l’on peut oublier le deuxième aspect de la transparence, soit l’accès à l’information circulant en leur sein. Et dans ce domaine, il y a moyen d’agir, dès maintenant et de manière efficace.