Carte blanche – Les migrants et la bande à picsou

Au final, accueillir des migrants, ça rapporte ? Mais oui ! Cet accueil permet même une forme d’auto-rémunération de l’Etat car les frais liés à l’accueil des demandeurs d’Asile sont comptabilisés dans l’aide au développement.

« Les redevances pour demandes de séjour ont rapporté 10 millions d’euros en 2017 ». Ce n’est pas une publicité pour un fond d’investissement, mais une information issue du site de la N-VA.

La redevance que doivent payer les migrants pour couvrir leurs frais administratifs de séjour a été augmentée en 2017. Il en découle une augmentation des recettes. Quelle aubaine! S’il ne leur reste plus que cela, allons-y à fond et rentrons dans le jeu de ce gouvernement fédéral; au final, accueillir des migrants, ça rapporte?

Mais oui! Cet accueil permet même une forme d’auto-rémunération de l’Etat car les frais liés à l’accueil des demandeurs d’Asile sont comptabilisés dans l’aide au développement. Vous suivez?

Aide au développement

Donc plus on accueille de migrants, plus grande est la part d’aide au développement qui nous revient. Cette part est en réalité injectée directement dans notre propre économie (via des salaires de personnel, dépenses en biens et services liées à l’accueil)!

Par ce mécanisme, la Belgique devient même le premier bénéficiaire de sa propre aide au développement. Si l’OCDE tolère ce mécanisme, il reste particulièrement cynique quand on sait que la Belgique ne consacre que 0,42% de son RNB à l’aide au développement (loin de 0,7% auxquels elle s’était engagée).

Ce n’est pas fini. Le gouvernement l’a bien compris, la sécurité sociale et les pensions deviennent difficilement finançable. Elles nécessitent une part importante de population active et donc de jeunesse.

Or la Belgique a un taux de croissance démographique insuffisant! La population immigrée présente une population jeune, et de ce fait, surreprésentée dans la population active. Si notre système de sécurité sociale, qui semble soudainement si cher à Mr De Wever, persiste tel quel, l’immigration pourrait bien en être le sauveur!

Encore une question économique: l’immigration augmente-t-elle le chômage et participe-t-elle à une diminution des salaires à cause de la concurrence? La réponse est simple: Non.

Pour reprendre les mots de l’économiste français Pierre Cahuc: « Les études consacrées aux effets de l’immigration contredisent formellement l’idée que l’accroissement de la population en âge de travailler ferait systématiquement baisser les salaires et créerait du chômage ». Pour la Belgique, l’OCDE avance même qu’en 2013, la contribution nette des immigrés au finances de l’Etat est de près de 3 milliards d’euros.